Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Nautitech 40 en vadrouille

Un Nautitech 40 en vadrouille

Menu
SAN BLAS : une invitation ?

SAN BLAS : une invitation ?

Madgic approche du Guna Yala .

Un nouveau terrain de jeu s’offre à lui avec de nouveaux repères et de nouvelles règles. La longue houle de la mer des Caraïbes se fracasse sur les récifs protégeant l’île de Chichime. Quelques épaves inertes rappellent les vrais enjeux.

Paradis incontournable du tourdumondiste d’il y a 20 ans ; aujourd’hui ,les échos des voiliers de passage divergent sur cette zone de navigation : « Ce n’est plus  comme avant » ; « Maintenant, ils connaissent le dollar » ; « c’est bondé », « il y a des déchets partout » ….

Difficile de se faire une idée sans se rendre sur place. Madgic saute sur l’occasion pour visiter ces paysages aux plages et cocotiers de carte postale et surtout rencontrer les indiens Gunas au mode de vie en dehors du temps ou …presque.

San Blas - Guna Yala en vue!
San Blas - Guna Yala en vue!

San Blas - Guna Yala en vue!

Le mouillage protégé entre le récif et l’île est un peu trop encombré pour Madgic qui, avouons-le est un peu autiste à ses heures. L’ancre plonge profondément sous le vent de l’île qui se montre ainsi sous son côté photogénique.

L’îlot de Chichime accueille, dans sa partie nord, des touristes souhaitant vivre une aventure de Robinsons Crusoé . Les cocotiers sont présents, les vagues s’écrasent bien sur le récif protégeant les voiliers et une longue plage borde le rivage. Les sargasses enlèvent déjà un peu de rêves et les nombreuses tentes Quechua donnent  à cette partie de l’île une ambiance de camping .

Les Robinsons, ne seront  donc pas seuls :il dormira  accompagné de « tous les jours de l’année » .

 

Chichime
Chichime
Chichime
Chichime
Chichime

Chichime

Sur le côté de l’île, une plage déserte au sable blond bordée de cocotiers et d’une eau cristalline attire l’équipage de Madgic. Une femme Guna, cheveux noirs courts, bracelets de perles colorés autour des mollets et vêtements brodés s’approche de nous avec son fils. Ils viennent nous informer que la plage appartient à leur famille et est privée : ils l’entretient et elle est accessible pour quelques dollars.

L’équipage de Madgic toujours prêt à soutenir l’économie locale se rafraichit déjà dans l’eau de Chichime ….comme elle était avant .

Plage privée....
Plage privée....
Plage privée....
Plage privée....
Plage privée....

Plage privée....

En route vers les Hollandes Cays , les îlots paradisiaques se succèdent.

Les Eastern Lemon Cays surchargées sont momentanément boudées tandis que la vedette rapide de l’Armada sillonne le plan d’eau, presque abrité, des San Blas occidentales.

Lemmon Cays
Lemmon Cays
Lemmon Cays
Lemmon Cays

Lemmon Cays

Le canal Mayflower, libre d’embûches pouvant taquiner les quillons de Madgic, conduit l’équipage vers les eaux turquoises de « Swimming Pool » et « BBQ island ».

Un décor de rêve s’offre aux yeux des 3 bateaux au mouillage. L’endroit est magique. Un vrai décor de carte postale.

Sous l’eau, un requin de récif vient immédiatement accueillir les nageurs et vérifier que tout est en ordre autour d’eux avant de disparaître momentanément. Mais la crainte principale aux San Blas , surtout à proximité du continent et des rios , est l’apparition d’un « cocodrilo » explorateur .

Eastern Hollandes Cay
Eastern Hollandes Cay
Eastern Hollandes Cay
Eastern Hollandes Cay

Eastern Hollandes Cay

Infos pratiques

  • La communauté amérindienne des Gunas compte 80000 individus. Ce peuple Tule est réparti sur trois territoires autonomes au nord-est du Panama  ( les comarcas ):le Guna Yala, le Madungandi et le Wargandi . Le Guna Yala (ou terre Guna ;anciennement appelé les San Blas) est une bande de terre de 200 km de long sur 15 de large en bordure de la mer Caraïbes ; elle compte plus de 300 îles  . Cette « réserve indigène » panaméenne est la première des 5 à avoir obtenu son autonomie en 1938.
    • La partie occidentale de Porvenir à Rio Diablo ( Chichime , Eastrern Lemmon Cays Hollandes cays …. ) est la plus  touristique .La navigation y est plus facile et les îles plus paradisiaques
    • Le Guna Yala authentique se laisse découvrir à partir d’Isla Tigre jusque Ustupu proche de la frontière colombienne
  • Pour entrer davantage dans la compréhension de la culture guna : « Les îles San Blas – Molas et traditions Kunas » .Michel Lecumberry. Livre téléchargeable sur internet
  • Attention si vous souhaitez avoir de la visite à bord !Les Gunas voient d’un très mauvais œil les voiliers  charters  embarquant des touristes pour la découverte des îles ou des backpackers se rendant en Colombie par la mer . Ils empêchent donc les embarquements à Carti ou Porvenir sur les voiliers même si les candidats sont vos parents ou vos amis   
  • Pour les backpackers , la Route panaméricaine dans la forêt du Darien à la frontière Panama- Colombie n’est pas recommandée et extrêmement dangereuse (drogues , guérillas….)
  • BBQ island est une île privée guna avec droit d’accès 3 USdollars/ personne
  • Guide de navigation indispensable : « The Panama cruising Guide » d’Eric Bauhaus  Fifth Edition
  • Cartographie : nécessité d’utiliser ( avec grande prudence )les version numériques des cartes du guide Bauhaus .Les autres cartographies sont des plus incomplètes ou des plus fantaisistes
  • En 2016, une touriste a été attaquée sur Green Island . Les mangroves et les îles proches du continent sont plus à risque. A Achutupu , certains soirs (20 à 22 hrs ) les crocodiles viennent se promener en bordure du village